Serge Faubert, la tête à l’envers